En raison des obligations sanitaires dans les transports, des retards sont possibles.

Une réduction de 10% vous est donc offerte dès 150 € d'achats !!!

Histoire de L'Higonokami

Publié par La Grande Forge le

Histoire de L'Higonokami


Le Higo no Kami est unique au Japon et dans le monde de la coutellerie. Bien qu'il existe d'autres Couteaux Pliants à friction comme l'Opinel et son prédécesseur Nontron, le Douk Douk, et le couteau de paysan Svörd, le Higo no Kami possède un design qui n'appartient qu'à lui.

Le Couteau de Poche traditionnel du Japon, le Higo no Kami, a vu le jour en 1896 lorsqu'un coutelier du nom de Teji Murakami, de Hirata dans la région de Miki, a pris un modèle de couteau pliant très simple qui ne comportait pas de dispositif pour verrouiller la lame et a ajouté un levier à la lame, donnant ainsi au couteau l'aspect qu'il a encore aujourd'hui et assurant son succès commercial. Certaines sources mentionnent qu'un second coutelier, Shigeji Nagao, a joué un rôle important dans son développement. Son nom apparaîtra à nouveau plus tard dans les livres d'histoire.

L'histoire du Higonokami se mêle à l'histoire tourmentée du Japon au cours des deux derniers siècles. Au milieu du 19e siècle, menacé par les canons de la marine américaine du Commodore Perry, l'Empire du Soleil Levant a été contraint d'ouvrir ses frontières au reste du monde.

Le Japon a connu des changements considérables, devant passer d'une société féodale à un État industriel moderne sous peine d'être colonisé.

En 1877, la dernière bataille entre un groupe de samouraïs rebelles et l'armée moderne de l'empereur (comme dans le film Le dernier samouraï) a eu lieu. Après avoir été vaincus, les samouraïs ont été dépouillés de leurs privilèges et ont perdu le droit de porter leur épée dans les lieux publics. En conséquence, de nombreux forgerons ont perdu leur principale source de revenus et se sont mis à fabriquer des couteaux, des outils pour travailler le bois, des ciseaux et des cisailles, des outils de jardinage, etc. Un groupe de ces forgerons s'est installé autour de Miki, une région riche en rivières et en sables ferrugineux qui est devenue le berceau historique du Higonokami.

Le nom du couteau est fortement lié à ces événements. En japonais, "Higo no Kami" signifie "Seigneur de Higo". Higo est l'ancien nom de la province de Kyushu, d'où provient le couteau original, mais "Higo no Kami" est aussi un titre aristocratique historiquement donné aux puissants samouraïs. À cette époque, Matsudaira Katamori était le seigneur par intérim de Higo ; il était aussi le tout dernier.

En 1899, une guilde de fabricants de couteaux a été créée à Miki et en 1907, le nom "Higonokami" a été déposé. Seuls les membres de la corporation pouvaient fabriquer le couteau.

L'histoire du Higonokami s'est transformée en une histoire à succès. Malgré sa conception simple et basique, le couteau avait des qualités exceptionnelles, il était très tranchant avec une lame de qualité en acier San Mai à haute teneur en carbone, il était facile à aiguiser, peu coûteux et plus de 50 fabricants le produisaient à l'époque. Les enfants les transportaient dans leur cartable, le couteau de poche utilitaire de tous les jours. Des concours de taille de crayons étaient même organisés, avec des récompenses pour les plus rapides.

Le couteau a survécu au manque de matières premières pendant la Seconde Guerre mondiale et à l'occupation américaine qui a suivi, mais son coup de grâce a eu lieu en 1961, lorsqu'un jeune de 17 ans souffrant de troubles mentaux a assassiné le chef du parti socialiste en le tailladant en public avec le même type d'épée que celle qui avait été interdite presque un siècle plus tôt. Une campagne anti-couteau hystérique et sans précédent a été lancée dans le pays, il est devenu interdit d'apporter le couteau Higonokami à l'école et des lois sévères ont été adoptées pour limiter le port de couteaux.

Ce fut un coup dur et l'Higonokami a failli disparaître. S'il survit aujourd'hui, c'est grâce aux amateurs de couteaux ou aux nostalgiques de leur enfance, qui ont entretenu la flamme. Aujourd'hui, le couteau a perdu sa popularité et beaucoup de jeunes japonais ne savent même pas ce qu'il est.

Étant donné que "Higonokami" est une marque déposée et que seuls les fabricants appartenant à la corporation de Miki peuvent utiliser ce nom, quels sont les vrais Higonokami parmi tous les différents modèles sur le marché ? Malheureusement, il ne reste qu'un seul fabricant dans la guilde, tous les autres ont arrêté de les fabriquer. Il ne reste qu'un seul homme qui fabrique les vrais couteaux Higo no Kami : Motosuke Nagao, établi à Miki, descendant de quatre générations de forgerons et dont l'ancêtre était Shigeji Nagao mentionné plus haut.

Le successeur de Nagao n'a pas encore été nommé, et comme il vieillit, certains craignent que la marque déposée Higo no Kami ne soit perdue à jamais.

Il y a ainsi une certaine nouveauté dans ses origines. La signification culturelle en fait un outil non occidental rafraîchissant à posséder. Le fait qu'il ait été adoré par d'anciens samouraïs est également un rappel puissant de l'impact que les couteaux peuvent avoir sur la vie de leurs propriétaires.

Vous pouvez retrouver nos modèles en Acier Damas dès aujourd'hui dans notre boutique dans la section des Couteaux d'extérieur, les fameux Couteaux Bushcraft !!


Partager ce message


← Message plus ancien Message plus récent →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.